Interventions

Un nouvel incendie chez Brangé

Un nouvel incendie plus violent que les précédents s'est déclaré jeudi 05 mai au matin sur le stock de voitures à l'intérieur de l'entreprise Brangé à Bias.

«On voit les flammes depuis Saint-Antoine, c'est quoi qui brûle ? » Le correspondant, au téléphone, n'est pas plus inquiet que ça. Sur place, autour des établissements Brangé, à Bias, l'inquiétude est à son paroxysme et la peur est sous-jacente. « Est-ce que l'on risque quelque chose ? », s'interroge un habitant d'une cité située à plus de 500 m et venu aux nouvelles à quelques mètres du brasier. À sa manière, Mme Herin, la voisine la plus proche de l'entreprise de casse automobile, répond avec suffisamment de colère dans le propos, « bien sûr que c'est dangereux, il y a des restes d'essence partout, des cuves de gas-oil pas loin et toute cette fumée noire, c'est de la pollution ». Devant ce spectacle de flammes et de fumée, les riverains refont l'histoire, « c'est le pire incendie que l'on ait connu depuis 2000. De toute manière, des feux il y en a tous les ans ou presque… ». C'est vers 9 heures, hier, que les premières flammes sont apparues près de la presse qui transforme les carcasses automobiles en cubes d'acier. Les raisons, « il suffit d'une étincelle », confie un sapeur-pompier du centre de secours principal de Villeneuve alors qu'affluent vers le site des soldats du feu venus de toutes les casernes du Villeneuvois et même d'Agen. Face aux flammes qui montent maintenant à plus de 20 m de haut, les sapeurs-pompiers établissent plusieurs lances à l'intérieur de l'aire de stockage et sur la route interdite à toute circulation. Le problème dans ce coin de Bias, c'est le manque de point d'eau. Il faudra dérouler plusieurs centaines de mètres de tuyau pour relier le point d'eau au carrefour giratoire de la Bouchère et les lances qui, enfin, attaquent le foyer par le haut. Quelques passants, des curieux, des cyclistes ou des marcheurs sur la Voie verte, pressent le pas apeurés par cette fumée que certains qualifient de toxique et par l'incroyable chaleur qui se dégage de l'incendie. De temps à autre, des explosions accompagnent le crépitement des flammes de bruits sourds jouant sur les nerfs des riverains.

Déménagement en octobre ?

« Depuis mercredi, il y avait de fortes odeurs d'essence », ajoutent les riverains membres de l'association de défense en lutte depuis plusieurs années contre l'entreprise Brangé. La fin est proche, cependant, des nuisances perdurent puisque le nouveau site, plus loin, sur Bias, est toujours en cours d'aménagement. Thomas Barbès, le patron de l'entreprise Brangé, rappelait dernièrement que le transfert pourrait avoir lieu en octobre. Mais en rallumant les inquiétudes dans un quartier d'où toute forme de sérénité est absente, l'incendie d'hier matin pourrait servir d'arguments à l'association, « on va contacter notre avocat dès aujourd'hui, on va écrire de nouveau au préfet ». Ce qu'il faudrait, selon les riverains, « c'est que l'entreprise ferme à Souillès, définitivement, dès maintenant ».

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2011/05/06/1075692-Bias-Un-nouvel-incendie-chez-Brange.html

Des photos sont disponible dans l'album photos

Le bâtiment de l'ex-Seita a brûlé en très grande partie

 

L'incendie s'est déclaré hier, vers 21h45. Bois, cartons et pneus y étaient entreposés.

Les flammes qui s'échappaient hier soir du bâtiment de l'ex-Seita pouvaient être vues dans toute la moitié sud de la bastide.

Une grande partie de la structure, longue de plusieurs centaines de mètres, a été affectée par le sinistre. Celui-ci a été signalé aux pompiers à 21 h 45.

Plusieurs dizaines d'hommes ont été dépêchés sur place pour tenter de circonscrire au maximum l'incendie. Une tâche particulièrement délicate, le bâtiment entreposant un grand nombre de produits particulièrement inflammables.

 

Le site, ancienne propriété de l'entreprise d'emballages Suforem, ne lui appartenait plus mais la société continuait de s'en servir en tant que locataire pour entreposer sa marchandise, en l'occurrence des cagettes et des cartons. Le bâtiment est désormais propriété d'une SCI.

D'autres entreprises villeneuvoises s'en servaient pour le stockage : Villeneuve Pneus et Gifi notamment.

Source : Sud-ouest